Technique

L’équipement de base de la Pépinière Lap­pen compte des machines inno­vantes et une vaste flotte de véhicules. Des arracheuses spé­ciales ou nos pro­pres inven­tions comme la machine à faire des cuvettes d’ar­rosage, les bar­res de tonte et des lieuses de couronnes veil­lent à un traite­ment qui ménage les plantes. Des planteuses pilotées par GPS per­me­t­tent une plan­i­fi­ca­tion et un accom­plisse­ment effi­cace du travail.

La gamme compte aus­si une arracheuse de mottes ultra­mod­erne qui com­binée à dif­férents véhicules por­teurs peut trans­planter mécanique­ment des mottes de 40 à 250 cm. Ces trans­plan­ta­tions en effet peu­vent avoir lieu jusqu’à huit fois par arbre. Ain­si la plante peut-elle con­tin­uer d’être élevée à un autre endroit et for­mer de nou­velles radi­celles. Les ton­tines en jute et les paniers gril­lagés à décom­po­si­tion rapi­de util­isés par la Pépinière Lap­pen y con­tribuent eux aus­si. Ils ne sont pas retirés lors de la plan­ta­tion, ce qui empêche la motte de se désagréger et favorise l’ap­pari­tion de nou­velles racines fas­ci­culées. Le fait que les racines soient automa­tique­ment coupées, lors de la trans­plan­ta­tion, active égale­ment leur crois­sance puis­sante et énergique. Par un tra­vail réguli­er de sélec­tion, de trans­plan­ta­tion et de taille, les arbres sont con­di­tion­nés pour se met­tre à pouss­er rapi­de­ment et de manière durable sur leur site de plantation.

Dès que les arbres sont plan­tés en champ, de nom­breux fac­teurs jouent un rôle. Une bonne pré­pa­ra­tion du site per­met à la plante de prospér­er de façon opti­male pour que sa cul­ture puisse con­tin­uer jusqu’à un âge avancé. La nature du sol et la pro­fondeur des sub­strats sont des fac­teurs essen­tiels pour garan­tir la crois­sance des plantes. La Pépinière Lap­pen recourt à une rota­tion judi­cieuse des cul­tures ; ce faisant, les sur­faces en jachère et les ban­des fleuries ont un effet posi­tif crois­sant sur la flo­re et la faune. Les sur­faces fleuries cou­vrent actuelle­ment plus de 10 hectares. L’em­ploi des tagètes et les roseaux des sables con­tre les néma­todes s’in­ten­si­fie. Les semis d’herbe entre les rangs con­tribuent aus­si de façon déter­mi­nante à struc­tur­er le sol et pro­tè­gent, comme d’ailleurs l’en­grais vert util­isé, con­tre la fatigue du sol.

Ce con­cept durable entraîne une forte réduc­tion  de la fer­til­i­sa­tion azotée (au max. 19 – 27 kg de N pur par ha). La Pépinière Lap­pen renonce entière­ment à la fer­til­i­sa­tion phos­pho­rique. La pépinière a pour objec­tif de min­imiser le plus pos­si­ble le lessi­vage des nutri­ments par l’en­grais afin que l’en­vi­ron­nement n’en souf­fre pas. Pour y par­venir, Lap­pen effectue de nom­breuses analy­ses du sol et mise, en matière de fer­til­i­sa­tion et de pro­tec­tion phy­tosan­i­taire, non seule­ment sur sa pro­pre exper­tise et ses longues années de savoir-faire, mais fait aus­si appel à des con­seillers externes.

La préser­va­tion durable des ressources se fait égale­ment par un apport d’eau raison­né et ponctuel, fait à par­tir de réserves d’eau pour lim­iter la con­som­ma­tion d’eau potable. Le procédé mod­erne de l’ir­ri­ga­tion goutte-à-goutte est appliqué sur des super­fi­cies pou­vant attein­dre 40 hectares.

Le cer­ti­fi­cat MPS décerné mon­tre aus­si que Lap­pen accorde une atten­tion par­ti­c­ulière aux proces­sus de pro­tec­tion respectueux de l’en­vi­ron­nement, à une con­som­ma­tion réduite de ressources et à l’ex­ploita­tion durable.